Menu


Le nettoyage ethno-culturel

Depuis quelque temps, les Hollandais excellent dans les grands nettoyages de surfaces culturelles, d’abord avec des milliers d’œuvres du Rijksmuseum d’Amsterdam qui sont obligées de quitter leurs anciennes dénominations dans le cadre du projet “Ajustement au sujet des terminologies colonialistes”, se débarrassant des titres considérés comme “racistes, sexistes, discriminatoires”. Des titres de tableaux où apparaissent les termes de “mahométan”, “esquimau”, “nègre”, “nain ou naine” sont changés par des titres culturellement acceptables et politiquement corrects.



Depuis quelque temps, les Hollandais excellent dans les grands nettoyages de surfaces culturelles, d’abord avec des milliers d’œuvres du Rijksmuseum d’Amsterdam qui sont obligées de quitter leurs anciennes dénominations dans le cadre du projet “Ajustement au sujet des terminologies colonialistes”, se débarrassant des titres considérés comme “racistes, sexistes, discriminatoires”. Des titres de tableaux où apparaissent les termes de “mahométan”, “esquimau”, “nègre”, “nain ou naine” sont changés par des titres culturellement acceptables et politiquement corrects.
Récemment, la maison d’édition néerlandaise Blossom Books a supprimé un passage concernant le prophète Mahomet dans une nouvelle édition de L’Enfer, le premier livre de la Divine Comédie de Dante, pour ne pas “blesser la communauté musulmane”. Dans le Huitième cercle de l’Enfer, le poète rencontre Mahomet, puni parce qu’en la diffusant, sa religion aurait, selon Dante, semé la discorde sur Terre. La peine à laquelle est soumis Mahomet consiste à être éventré régulièrement par des diables de la gorge jusqu’aux reins, répandant ses entrailles, s’ouvrant lui-même sa poitrine des deux mains comme autrefois il a divisé les nations par le schisme religieux.
Citons les vers 22-27 du chant XXVIII, dans la traduction de Jacqueline Risset :

“Jamais tonneau fuyant par sa barre ou sa douvene fut troué comme je vis une ombre,ouverte du menton jusqu’au trou qui pète.
Ses boyaux pendaient entre ses jambes ;on voyait les poumons, et le sac affreuxqui fabrique la merde avec ce qu’on avale.”

Par rapport au langage cru et aux métaphores de la chair blessée chez Dante, dont héritera le langage bas corporel de Rabelais, les récentes caricatures de Charlie Hebdo sur le prophète résonnent comme des inventions d’enfants de chœur. La “radio jeune” Radio 1 nous informe que la traductrice belge a réalisé i[“une magnifique traduction de la première partie de La Divine Comédie comme si Dante était un slameur des XIIIe [et XIVe siècles]”]i et que la suppression du passage de Dante sur Mahomet entend ménager la culture de l’Islam et les nouveaux habitants musulmans des Pays-Bas. Il s’agit là encore de l’énième soumission culturelle de l’Occident à l’Islam qui rejette ses pères avec le sentiment de culpabilité, se prive de pans entiers de son histoire pour faire appel à un sens hypocrite de la conciliation.
Le poète toscan a été avec la Divine Comédie le fondateur de la langue italienne, exemple unique de la création d’une nation par la langue poétique. Dante a été également le précurseur de la littérature européenne, donnant au christianisme un rôle souverain dans la constitution des cultures nationales, en rupture avec le latin ecclésiastique et le pouvoir féodal.

L’actuelle “cancel culture” née en Amérique et se développant dans l’Europe du Nord se bâtit sur la logique de l’effacement, qui dénonce les individus ou les personnages historiques accusés de racisme, homophobie et autres pratiques et crimes politiquement incorrects. Ici, à Tahiti, la culture de l’effacement des “signes colonialistes” a commencé depuis quelques années et avec quelques retards à se manifester dans les milieux féministes et anti-occidentaux. Récemment, un éminent représentant de l’Écologie locale a décidé de s’installer comme juge du tribunal de l’histoire postcoloniale, proposant que l’on supprime les noms des lieux qui évoquent les présidents de la France impliqués dans les expérimentations nucléaires.
Décidant de qui doit entrer dans l’histoire des “belles âmes”, de qui doit en être exclu, cette culture de l’effacement prolonge la pauvreté intellectuelle des grandes villes métropolitaines, qui voient fleurir depuis quelque temps sur leurs murs des inscriptions “patriarcaca”, “cacapitalisme”, régression du langage à ce que Freud appelait le “stade anal” de l’enfance qui ne veut pas en sortir. Dans cette tentative de rabaissement général de l’Histoire de l’humanité, où la succession des erreurs deviennent peu à peu des vérités, pourquoi ne pas débaptiser les lieux publics qui portent le nom de “Pomare”, sous le prétexte que Pomare II a été le “collabo” des Français qui a détruit la royauté polynésienne ancienne avec le “crime de guerre” de la mort de Opuhara dans la bataille des Fe’i Pi, ainsi que la destruction des dieux mā’ohi. Il ne faut pas s’étonner que la jeunesse formée à cette école primaire de la bêtise institutionnalisée accepte de reproduire ces banalités à l’Université, toute prête hélas à les accueillir.

Depuis une cinquantaine d’années, l’Université française produit l’idéologie dominante qui, étant en manque de classe ouvrière pour incarner idéalement l’ancien espoir d’un “âge d’or” de l’humanité délivrée de l’oppression, construit autour des anciennes colonies de l’Occident le nouveau sujet social libérateur. Comme l’écrit Jean-Loup Amselle : “Les conflits qui traversent la société ne sont plus appréhendés en termes de classes, mais dans une perspective ethnique.” Comme l’Université et les Centres de recherche, les rédactions des journaux, de France Inter à Mediapart, les nouveaux magazines culturels et politiques sont devenus les porte-parole du gauchisme pseudo-scientifique, nouvel opium des intellectuels qui prolonge l’enjeu de l’engagement politique sartrien dans le sociétal, au profit du racialisme de la bourgeoisie numérique en Afrique ainsi qu’en Amérique latine. L’indigénisme syndical promeut au rang de l’élite universitaire ceux qui se montrent fidèles au discours dominant, ayant colonisé les différentes sections du Conseil national des universités (CNU) et les commissions de spécialistes qui décident des candidats pour les postes de maîtres de conférences et de professeurs. La recherche des doctorants est soumise à la même reproduction idéologique, par le biais des financements. Il devient presque impossible aujourd’hui à un candidat à la carrière universitaire qui citerait Raymond Aron plutôt que Sartre ou Bourdieu, de faire carrière dans la nouvelle université, devenue un peu partout le royaume des partisans du “pachamama”, qui prônent le retour des anciennes déesses de la mythologie pour remplacer la figure du père qui représente l’ennemi à détruire. Si l’écologie affirme le retour puéril à la “nature”, les théories du genre mélangent le masculin et le féminin, suscitant un artificialisme abstrait, comme si le savoir contemporain ne savait plus articuler la nature et la culture, ayant oublié ce qui faisait le patrimoine de l’humanisme chrétien ou laïque.

Vendredi 21 Mai 2021 - écrit par Riccardo Pineri


Riccardo Pineri

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel






Fritch fait pschitt

L’horrible réalité sanitaire que nous vivons est devenue insupportable, notre pays enregistrant désormais les pires statistiques à l’échelle mondiale. Les morts (plus d’un demi-millier de décès) se ramassent à la pelle, par dizaine, voire vingtaine, selon les jours. Les familles doivent enterrer elles-mêmes leurs défunts avec leurs propres moyens, le personnel de santé est à bout de souffle, les covidés s’asphyxient et les renforts sanitaires arrivent au compte-gouttes… Chacun d’entre nous retient sa respiration ! Mais nul ne parvient à trouver un ballon d’oxygène dans la gestion de la crise proposée par le président de la Polynésie française. Après “l’affaire du mariage”, ses propos déplacés envers les journalistes locaux (relayés et condamnés par la presse nationale), puis l’enterrement de son directeur de cabinet en grande pompe, voilà que “Doudou” s’en remet maintenant à Dieu en pleine hécatombe. Et de s’énerver de plus en plus ouvertement face à l’insistance des médias, qui exercent pourtant leur métier en demandant simplement des réponses à leurs interrogations. Au lieu de lancer des appels désespérés au jeûne, on aurait pu penser qu’il lancerait plus vite et plus fort des appels du pied pour obtenir de l’aide de l’État pour de nouveaux personnels soignants, et qu’il saisirait le problème de la santé à bras-le-corps en lançant plus tôt de vastes campagnes de lutte contre l’obésité, le diabète, l’alcoolisme et les maladies chroniques dont souffre plus de la moitié de notre population. Que nenni, il allume 500 bougies, saute son petit-déj’ et se tourne vers le Tout-Puissant. Ainsi, au cœur de la tempête, le capitaine Fritch fait… pschitt !

Une autre maladie est aussi à traiter en urgence : celle des fake news autour de la vaccination qui contaminent les réseaux sociaux, avec leur déferlement de violences dans un monde qui ne pourrait être autre que manichéen. Nous sommes tous libres de faire ce qui nous semble le mieux pour nous et ceux que nous aimons. Pour autant, si le sujet est aussi clivant, c’est parce qu’il nous force à positionner un curseur entre notre liberté individuelle et notre responsabilité collective. Nous consacrons une analyse économique de cette thématique intéressante dans un dossier à retrouver en pages intérieures (lire pp. 14-19).
Si la communauté scientifique s’accorde à dire que la vaccination est l’arme la plus efficace pour nous protéger et nous permettre de recouvrer notre liberté, les politiques devraient cependant tout faire pour éviter que la question de la vaccination ne soit discriminante et ne se transforme en ségrégation sociale. Or, l’obligation vaccinale que vient de sortir le Pays aux forceps pour imposer certaines professions à s’injecter les doses anti-Covid pourrait attiser les tensions et nous diviser. Que le gouvernement donne l’exemple ! Tous les élus ne sont pas vaccinés, y compris certains des plus hauts représentants du Pays. Coincé dans les cordes, Fritch s’est engagé à ce que la classe politique montre la voie à suivre ; on voudrait y croire, mais à TPM, on est comme Saint Thomas…

Retrouvons le chemin de la cohésion sociale, menons des actions durables et soyons solidaires. Toute la rédaction de Tahiti Pacifique se joint à moi pour soutenir les foyers endeuillés, fa’aitoito à tous ! Le Covid a touché aussi nos équipes, ce qui nous a contraints à publier votre magazine avec une semaine de retard, mais nous tenons à vous offrir, malgré la crise que traverse également la presse, toujours cette goutte de liberté dans l’océan. Celle-là, vous pouvez en prendre plusieurs doses sans crainte, elle est totalement inoffensive. 
Dominique Schmitt

Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Dominique SCHMITT