Menu


Dénuement, bruit et insécurité : l’invitation au dérapage…



Crédit photo : DR
Crédit photo : DR
Luxe, calme et volupté”, écrivait Charles Baudelaire dans son poème intitulé L’Invitation au voyage. Malheureusement, à Tahiti et dans les îles, nous nous éloignons de plus en plus de ce célèbre vers. Un vent de violence s’abat sur le fenua, et l’on ne compte plus les (trop) nombreux faits divers relatant des touristes détroussés, le pied à peine posé sur le sol polynésien, des vols à l’arraché, des brutalités physiques ou verbales en tous genres. Le collectif contre la violence en Polynésie française a même organisé, le week-end dernier, une manifestation dans les rues de Papeete pour dire “STOP”. D’ailleurs, vous ne pouvez pas y avoir échappé, une autre forme de violence est née : l’agression sonore. Aujourd’hui, il est impossible de se balader en ville, bronzer à la plage ou marcher en pleine nature sans se voir imposer de la musique plein les watts et à fond les basses ! Le phénomène n’est pas nouveau, nous avons déjà réalisé l’année dernière un dossier sur “l’enfer du bruit” (lire TPM i[n° 389 du 7 septembre 2018i]), dans lequel nous mettions en exergue le problème des nuisances sonores et le dialogue de sourds qu’il suscite. Aussi, devant l’inaction du gouvernement, il prend de l’ampleur. L’association Te Ora Hau, qui essaie tant bien que mal de lutter contre ce fléau, monte le ton depuis un moment, en pointant du doigt le manque de coordination des forces de l’ordre, et interpelle la société sur le danger pour la santé publique des Polynésiens.

Et comme souvent sous nos latitudes, il faut attendre que la goutte d’eau déborde du vase pour qu’il y ait un sursaut de lucidité. Après une énième agression il y a quelques jours, cette fois dans la vallée de la Punaruu où trois joggeurs sexagénaires se sont fait rouer de coups gratuitement, tout un chacun commence à réaliser l’insécurité qui règne dans les zones industrielles notamment, et surtout le week-end. Les regroupements sauvages des “car-bass”, ces voitures suréquipées en matériel audio, sont devenus légion, parfois même sur des sites culturels, drainant alcool et drogue, et ce dans le total irrespect des riverains. Sous l’euphorie du groupe, les bagarres et autres dérapages ne sont également jamais loin, comme l’a encore tristement prouvé la mort récente d’un scootériste qui s’est fracassé le crâne alors qu’il sortait tout juste d’une de ces “parties” improvisées… Après de multiples relances des associations, le maire de Punaauia, Simplicio Lissant, a enfin annoncé travailler sur un arrêté qui entrera en vigueur prochainement afin “d’interdire l’activité” ou du moins, la “cadrer”. Cependant, les principaux concernés ne sembleraient pas enclins à obtempérer. Les autorités publiques se doivent donc d’agir avant que ce soient les citoyens excédés qui prennent le problème en main. Contactée, Te Ora Hau se dit “remontée” ! Au nom “des milliers de victimes”, l’association envisage d’organiser une conférence de presse le 12 octobre afin de “relancer le Pays au sujet des pollutions sonores et des promesses qui sont restées lettres mortes”, car “c’est un problème de volonté politique, il y a du je-m’en-foutisme”. Confrontée aussi aux rassemblements de voitures “boum boum”, la ville de Tautira, à la Presqu’île, n’a pas tergiversé : un arrêté municipal pris le 12 août dernier fixe désormais l’interdiction des réunions de “car-bass” dans la commune de Taiarapu-Est. Au-delà des chaînes et des barrières, il est impératif de renouer le dialogue et d’offrir davantage d’activités sportives ou culturelles à cette jeunesse en proie à l’oisiveté.

Et puisque l’on parle de “bruit”, vous avez certainement entendu parler du procès qui a condamné Tahiti Pacifique pour “diffamation”, suite à une plainte déposée par Jean-Christophe Bouissou après la publication d’un article relatant ses liens avec l’homme d’affaires sulfureux Dominique Auroy (lire TPM n° 402 du 8 mars 2019, page 8). C’est la seule phrase “Elle est pas belle la vie, quand on a construit toute sa carrière sur l’utilisation des fonds publics ?” qui a valu aux anciens rédacteur en chef et directeur de publication une amende symbolique de 10 000 Fcfp chacun, mais avec sursis. M. Bouissou a obtenu finalement la somme de 25 000 Fcfp au titre des frais irrépétibles. Pour autant, les juges ont estimé qu’il est “important que les journalistes puissent dénoncer les manquements en Polynésie”. Justement, depuis sa création par Alex W. du Prel en mai 1991, il y a plus de 28 ans, Tahiti Pacifique n’a eu de cesse de dénoncer les travers de la société polynésienne, ce qui explique que notre magazine a toujours été considéré comme le média “poil à gratter” par le paysage politico-économique local. Ce procès n’est donc pas une surprise, ni le premier que la rédaction encaisse.

Ensemble, nous continuerons à faire bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Jeudi 19 Septembre 2019 - écrit par Dominique Schmitt


Continuez la lecture
< >

Vendredi 20 Mars 2020 - 08:51 Coronavirus : n’est-il pas déjà trop tard ?

Vendredi 6 Mars 2020 - 08:13 Municipales : papy fait de la résistance !


Dominique Schmitt

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel





Coronavirus : n’est-il pas déjà trop tard ?

Coronavirus : n’est-il pas déjà trop tard ?
Depuis la confirmation du premier cas de coronavirus en Polynésie, le 11 mars dernier, un vent de panique générale souffle au fenua, poussant des centaines de familles à se précipiter dans les supermarchés pour y dévaliser les rayons… jusqu’à l’épuisement du papier hygiénique, comme si c’était la fin du monde ! Hasard du calendrier, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré le même jour que nous étions passés au stade de pandémie, mais a assuré que ce satané virus venu de Chine pouvait “être maîtrisé”. Depuis fin décembre, le Covid-19 s’est répandu dans 110 pays et territoires, et a contaminé plus de 120 000 personnes dans le monde, notamment en Europe et aux États-Unis. Nous assistons ainsi à une véritable hécatombe, avec au moins 4 351 décès recensés, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse, à partir de sources officielles. Emmanuel Macron a même martelé dans son discours officiel : “Nous sommes en guerre”. Ici et ailleurs, les mêmes scènes se reproduisent et la psychose collective se propage… À l’heure où nous mettions sous presse, mercredi en fin d’après-midi, six cas étaient déclarés en Polynésie (cinq à Tahiti et un à Moorea). Pour vous protéger vous et les autres, on ne peut que rappeler la nécessité de veiller au respect strict des gestes barrières contre le virus et des recommandations sanitaires.

L’angoisse de la population illustre surtout le manque de confiance dans les mesures prises par le Pays et l’État. En effet, il aura quand même fallu attendre l’annonce d’un premier cas à Tahiti avant que le gouvernement ne se décide à interdire l’entrée des paquebots. On n’a pas compris, non plus, l’entêtement du Pays à vouloir garder ouverts les crèches, les garderies et les établissements scolaires, à l’heure où le président de la République française, évoquant “une crise sanitaire grave” (la Métropole est passée, le 14 mars, au stade 3, avec confinement obligatoire), fermait toutes les structures pour “freiner l’épidémie” et “protéger les plus faibles”. Le discours de la ministre locale de l’Éducation, Christelle Lehartel, demandant aux parents de faire confiance au Pays, et de continuer à emmener leurs enfants à l’école, car “toutes les mesures sanitaires sont prises pour protéger les enfants et le personnel enseignant”, a choqué nombre de parents d’élèves et les syndicats. Mais peut-être que l’on voulait guetter, là aussi, le premier cas dans les écoles pour réagir ? Jusqu’à ce que la décision de fermer les écoles, à compter de mercredi après-midi (18 mars), soit enfin prise, nos enfants sont donc restés entassés comme des sardines dans des classes à sureffectif, alors qu’une distance de sécurité d’au moins
1 mètre entre deux personnes est recommandée. Cherchez l’erreur…
Où est donc passé le sacro-saint principe de précaution ? Pourquoi avoir un coup de retard quand on pouvait avoir une longueur d’avance ? Le 18 mars, le Pays est passé à la vitesse supérieure en interdisant tous les voyageurs non-résidents à toucher le sol polynésien. Mais n’était-il pas déjà trop tard ? N’aurait-il pas fallu exiger d’emblée le confinement général, comme l’ont préconisé au gouvernement les organisations syndicales et patronales depuis lundi dernier, parmi les 15 mesures d’urgence de sauvegarde des entreprises et des sala-
riés ? Nos dirigeants réalisent-ils qu’au fenua, il y a uniquement
40 appareils respiratoires à notre disposition ? Pourquoi les magasins sont-ils encore ouverts et les jeunes se baladent dans la rue comme si de rien n’était ? Par contre, alors qu’aucun rassemblement n’est désormais autorisé jusqu’à nouvel ordre, le gouvernement central a maintenu, ici et en Métropole, le premier tour des élections municipales. Message reçu : les intérêts politiques avant tout !

On relèvera par ailleurs les bons conseils délivrés par le haut-commissariat sur sa page Facebook : “Pour voter, les bons gestes à adopter : privilégiez les heures de moindre affluence, entre 11h30 et 14h30” et, n’oubliez pas, “chacun son stylo”. Bons conseils qui n’ont pas empêché de voir de braves citoyens agglutinés dans les bureaux de vote. Anticipant un effondrement sans précédent de l’économie locale, le gouvernement planche sur un “plan de sauvetage” avec les partenaires sociaux afin de réfléchir à des plans de continuité d’activités en développant, par exemple, le télétravail (néanmoins, un vide juridique existerait en Polynésie et inciterait certaines entreprises à refuser cette option…). Il est nécessaire de se réorganiser, mais pensons avant tout à la santé des personnes âgées et des plus vulnérables. Dans ces moments-là, aujourd’hui plus que jamais, on a juste envie d’embarquer sa famille sur un voilier, larguer les amarres, prendre le large et se mettre à l’abri sur une île déserte ! Pour notre part, la rédaction de Tahiti Pacifique a dû s’adapter ; nous avons ainsi décidé d’espacer nos parutions toutes les trois semaines au lieu des quinze jours habituels. Nous vous donnons donc rendez-vous le 9 avril 2020 pour le prochain numéro. Bon courage à tous, fa’aitoito, restons responsables et solidaires.
À défaut des mains, il faut se serrer les coudes.

Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Dominique Schmitt