Menu

Sur le “Caillou”, la stratégie zéro Covid pose question


Vendredi 2 Juillet 2021 - écrit par Agence France-Presse




Crédit photo : Greg. Boissy
Crédit photo : Greg. Boissy
Exempte de Covid-19 grâce à un strict contrôle de ses frontières, la Nouvelle-Calédonie pourrait assouplir sa stratégie “avec une extrême vigilance” face aux difficultés économiques et juridiques que pose désormais cette mise sous cloche.
C’est vrai que les gens commencent à s’impatienter (...) mais j’ai le sentiment qu’avec ce fameux variant Delta nous devons être extrêmement vigilants”, a mis en garde lundi sur la radio RRB Thierry Santa, président du gouvernement local. 
À quelque 18 000 kilomètres de la Métropole, la Nouvelle-Calédonie est un des rares territoires de la planète à avoir échappé à la pandémie de Covid-19 : zéro décès, 129 cas en quasi-totalité détectés en quatorzaine et à l’exception des deux confinements, en mars 2020 et mars 2021, les 270 000 habitants n’ont jamais cessé de se faire la bise ou d’aller au restaurant.
Pour se protéger, l’archipel très autonome a drastiquement réduit sa desserte aérienne (un vol passager hebdomadaire Paris-Nouméa) et a imposé à tout arrivant, qui doit justifier d’un motif impérieux, une quatorzaine en hôtel, nécessitant un test PCR négatif pour en sortir.
Fin avril, ce sas a été assoupli à une septaine, uniquement pour les personnes vaccinées avec Moderna ou Pfizer/BioNtech et sous réserve à l’issue de cet isolement d’un test PCR négatif et d’une sérologie (prise de sang) positive aux anticorps du Covid.
Pour financer ce coûteux protocole, l’État vient d’accorder une aide de 82 millions d’euros à la Nouvelle-Calédonie, dont les finances publiques sont exsangues. Alors que les restrictions s’allègent en Métropole, en dépit des inquiétudes liées au variant Delta, de plus en plus de voix s’élèvent dans l’archipel pour réclamer un desserrement de l’étau.

“Au bout de l’exercice”

Président de la commission médicale d’établissement de l’hôpital territorial, Thierry de Greslan a averti que “18 à 20% des médecins envisageaient de quitter définitivement le territoire”, en raison de la fermeture des frontières qui génère des “situations personnelles compliquées”.
En cardiologie, depuis un an, nous n’avons plus que 9 médecins sur 12. Parmi eux, cinq vont partir d’ici la fin de l’année. Or, nous assurons l’ensemble des urgences cardiologiques du territoire, avec un infarctus par jour”, a-t-il déclaré, jugeant la situation “alarmante”. Plusieurs autres services sont menacés.
Les acteurs économiques, dont l’activité pâtit de l’impossibilité de faire venir techniciens ou formateurs de l’extérieur, sont du même avis.
“On ne dit pas qu’il faut rouvrir les frontières demain, mais les autorités doivent dire dans quelles conditions elles vont rouvrir. Nous sommes au bout de l’exercice”, a expliqué Xavier Benoist, président de la Fédération des industries de Nouvelle-Calédonie.
Sur le plan légal, le dispositif risque en outre de ne plus tenir à partir du 30 septembre, date de la levée de l’état d’urgence sanitaire national.
On était déjà limite en ne laissant pas aux arrivants le choix du lieu de la quarantaine, mais quand l’état d’urgence sera levé, il n’y aura plus de base constitutionnelle à cette stratégie”, a confié un avocat.

Prudence

Selon plusieurs experts calédoniens, la situation met en lumière les revers de la stratégie “zéro Covid”, qui a créé des bulles, extrêmement difficiles à rouvrir, faute notamment de couverture vaccinale.
Nous ne pourrons pas rester éternellement en dehors du monde et le seul moyen est que les gens se vaccinent. À chacun de prendre sa responsabilité”, a une nouvelle fois exhorté Thierry Santa, alors que les initiatives se multiplient pour inciter à la vaccination. 
Environ 22% de la population est actuellement vaccinée. 
Le chef de l’exécutif, qui pourrait annoncer dans la semaine une réduction de la septaine, espère “atteindre une immunité collective fin 2021 et une ouverture des frontières début 2022”.  
Il entend toutefois conserver la prudence comme ligne de conduite. D’une part, parce que M. Santa (droite non indépendantiste) est depuis le 17 février à la tête d’un gouvernement qui n’est pas de plein exercice, en raison de l’incapacité de la nouvelle équipe élue, à majorité indépendantiste, à désigner un président.
Et parce que la tenue le 12 décembre du troisième et dernier référendum sur l’indépendance du territoire comporte suffisamment de risques politiques pour ne pas y ajouter un péril sanitaire. 

Source : Agence France-Presse

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel





Fritch fait pschitt

L’horrible réalité sanitaire que nous vivons est devenue insupportable, notre pays enregistrant désormais les pires statistiques à l’échelle mondiale. Les morts (plus d’un demi-millier de décès) se ramassent à la pelle, par dizaine, voire vingtaine, selon les jours. Les familles doivent enterrer elles-mêmes leurs défunts avec leurs propres moyens, le personnel de santé est à bout de souffle, les covidés s’asphyxient et les renforts sanitaires arrivent au compte-gouttes… Chacun d’entre nous retient sa respiration ! Mais nul ne parvient à trouver un ballon d’oxygène dans la gestion de la crise proposée par le président de la Polynésie française. Après “l’affaire du mariage”, ses propos déplacés envers les journalistes locaux (relayés et condamnés par la presse nationale), puis l’enterrement de son directeur de cabinet en grande pompe, voilà que “Doudou” s’en remet maintenant à Dieu en pleine hécatombe. Et de s’énerver de plus en plus ouvertement face à l’insistance des médias, qui exercent pourtant leur métier en demandant simplement des réponses à leurs interrogations. Au lieu de lancer des appels désespérés au jeûne, on aurait pu penser qu’il lancerait plus vite et plus fort des appels du pied pour obtenir de l’aide de l’État pour de nouveaux personnels soignants, et qu’il saisirait le problème de la santé à bras-le-corps en lançant plus tôt de vastes campagnes de lutte contre l’obésité, le diabète, l’alcoolisme et les maladies chroniques dont souffre plus de la moitié de notre population. Que nenni, il allume 500 bougies, saute son petit-déj’ et se tourne vers le Tout-Puissant. Ainsi, au cœur de la tempête, le capitaine Fritch fait… pschitt !

Une autre maladie est aussi à traiter en urgence : celle des fake news autour de la vaccination qui contaminent les réseaux sociaux, avec leur déferlement de violences dans un monde qui ne pourrait être autre que manichéen. Nous sommes tous libres de faire ce qui nous semble le mieux pour nous et ceux que nous aimons. Pour autant, si le sujet est aussi clivant, c’est parce qu’il nous force à positionner un curseur entre notre liberté individuelle et notre responsabilité collective. Nous consacrons une analyse économique de cette thématique intéressante dans un dossier à retrouver en pages intérieures (lire pp. 14-19).
Si la communauté scientifique s’accorde à dire que la vaccination est l’arme la plus efficace pour nous protéger et nous permettre de recouvrer notre liberté, les politiques devraient cependant tout faire pour éviter que la question de la vaccination ne soit discriminante et ne se transforme en ségrégation sociale. Or, l’obligation vaccinale que vient de sortir le Pays aux forceps pour imposer certaines professions à s’injecter les doses anti-Covid pourrait attiser les tensions et nous diviser. Que le gouvernement donne l’exemple ! Tous les élus ne sont pas vaccinés, y compris certains des plus hauts représentants du Pays. Coincé dans les cordes, Fritch s’est engagé à ce que la classe politique montre la voie à suivre ; on voudrait y croire, mais à TPM, on est comme Saint Thomas…

Retrouvons le chemin de la cohésion sociale, menons des actions durables et soyons solidaires. Toute la rédaction de Tahiti Pacifique se joint à moi pour soutenir les foyers endeuillés, fa’aitoito à tous ! Le Covid a touché aussi nos équipes, ce qui nous a contraints à publier votre magazine avec une semaine de retard, mais nous tenons à vous offrir, malgré la crise que traverse également la presse, toujours cette goutte de liberté dans l’océan. Celle-là, vous pouvez en prendre plusieurs doses sans crainte, elle est totalement inoffensive. 
Dominique Schmitt

Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.