Menu

HTJ ou le grand détournement


Vendredi 29 Novembre 2019 - écrit par Vaea Deplat


Deux années se sont écoulées depuis notre précédent portrait sur le prolifique Hell Ton John, dit HTJ. L’artiste n’est, en effet, pas du genre à s’étendre ni à prendre des pincettes. Concis, concret et fonceur, mêlant tribal et pop art avec une efficacité redoutable, HTJ dévoile en solo de nouvelles créations à la galerie Winkler, jusqu’au 10 décembre prochain, tout juste après avoir bouclé l’exposition collective "Chimères".



Crédit photo : HTJ
Crédit photo : HTJ
En une dizaine d’années, HTJ a inscrit son style shapé et affûté au cœur de la création locale et n’est désormais plus à présenter. Le fil conducteur de son travail artistique reste son approche contemporaine de la culture traditionnelle repris à son compte. Tiki, tatouage, unu ("bois sculpté placé dans le marae pour commémorer les morts, chefs ou guerriers"), tout est détourné. Mais pour la bonne cause. Il s’agit pour lui de requestionner l’art avec un regard contemporain. Reprendre des objets anciens avec des techniques modernes.

Confortablement installé dans le paysage artistique du fenua, il a récemment répondu à des sollicitations partenariales avec la Brasserie de Tahiti et le Taha’a Island Resort and Spa, deux grosses entreprises. Avec cette nouvelle exposition, HTJ prouve qu’il conserve plus que jamais son identité et sa griffe, sans se laisser happer par l’attrait commercial. Le public pourra découvrir une trentaine d’œuvres – dont une dizaine de peintures, des sculptures et des art goodies – sur lesquelles il a travaillé pendant six mois.

Lui qui a fait une opération "soldes" sur ces pièces invendues il y a quelques années ne manque pas d’humour et de recul sur son travail. Portrait d’un artiste tout terrain, à découvrir de toute urgence jusqu’au 10 décembre à l’incontournable galerie Winkler...


Pour lire l'intégralité de ce Dossier, commandez Tahiti Pacifique n° 421 en cliquant ICI


Dans la même rubrique
< >

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




Essais nucléaires : le mépris détonant de l’état

Essais nucléaires : le mépris détonant de l’état
Ô surprise, un communiqué envoyé par le haut-commissariat confirme que l’État français cède officiellement au Pays, à titre gratuit, l’ancien bâtiment du commandement de la Marine pour installer en Polynésie le futur centre d’archives, d’information et de documentation sur les essais nucléaires. Sis boulevard de la Reine Pomare, sur le front de mer de Papeete, ce site est donc voué à accueillir le futur Centre de mémoire, mais, comme nous l’avons pointé du doigt à maintes reprises (lire notamment notre édito “Centre de mémoire : on se souviendra surtout de l’ingratitude de la France envers la Polynésie…”, TPM n° 420, du 15 novembre 2019), il s’agit en réalité d’un cadeau empoisonné, puisqu’il contient de l’amiante et du plomb ! Aussi, ce sera au Pays de financer sa construction, ce qui paraît aberrant eu égard “la dette” que la France métropolitaine se doit d’honorer. L’affront hexagonal est alors monté d’un cran, lorsque l’Assemblée nationale a adopté, le 14 mai dernier, un projet de loi visant “la clarification” et une meilleure “interprétation” des règles d’indemnisation des victimes des essais nucléaires en Polynésie française, et ce, au beau milieu de “diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l’épidémie de Covid-19” (lire pages 12 à 15)…

Cette disposition, qui avait été actée en séance le 3 mars dernier, mais dont la transmission avait été retardée en raison de la crise sanitaire, est ainsi un “cavalier législatif” qui rend applicable le seuil d’1 millisievert à tous les dossiers de demandes d’indemnisation. Autrement dit, c’est un retour à l’amendement scélérat dit “Tetuanui” tant décrié ! Tel un poignard planté dans le dos, ce “coup de Trafalgar” a été, de surcroît, manigancé depuis les hautes sphères parisiennes en l’absence des parlementaires polynésiens ! Une manière
cavalière de mener le bras de fer qui a indigné, par exemple, Moetai Brotherson, député polynésien et vice-président du Tavini Huiraatira. Et d’interpeller l’État français : “Qu’est-ce que le peuple polynésien vous a fait pour que vous nous détestiez autant ?” Dans une longue interview accordée à Tahiti Pacifique, il fustige le gouvernement central et évoque “une frilosité maladive à vouloir indemniser de façon respectable les victimes de ces essais” (lire pages 18 à 21). Les associations locales de défense, 193 et Moruroa e Tatou, représentées par Père Auguste et Hiro Tefaarere, tirent également à boulet rouge sur l’État et rejettent désormais à l’unisson le projet de Centre de mémoire. Dans les réactions que nous avons recueillies (lire pages 22-23), la notion de “crime contre l’humanité” est omniprésente et l’on connaît tous le coupable, bien qu’il n’ait toujours pas présenté ses excuses au peuple polynésien...

Enfin, un ingénieur retraité de la Direction des essais du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), Ghislain Houzel, qui a effectué de très nombreuses missions à Moruroa, de 1966 1997, et assisté à plus de 120 tirs, nous raconte l’horreur des essais nucléaires, sans langue de bois, au fil d’un entretien riche en anecdotes (lire pages 24 à 27). Vous l’aurez compris, c’est un numéro “collector” que nous vous proposons, avec une édition spéciale de
16 pages consacrées à ce douloureux sujet en Polynésie. La page du nucléaire, qui a profondément entaché les relations du fenua dans son histoire avec la Métropole, n’est toujours pas tournée. Le sera-t-elle un jour ? Aujourd’hui, nous avons un rêve : que cette question explosive soit gérée localement par “des hommes, de vrais hommes, avec des *** dans la culotte”, pour reprendre l’expression récente du président du Pays. Et puis, si d’aventure Emmanuel Macron se décidait à venir nous rendre visite un jour, nous aimerions lui dire : “Eh, Manu, tu redescends et tu dépollues ?

Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Dominique Schmitt