Menu


Les respirations festives



Souhaitons simplement que chacun décide de s’inventer des joies autrement qu’en détruisant et accroissant la facture laissée en héritage à nos descendants. Tableau de Jean Shelsher "La Bringue"
Souhaitons simplement que chacun décide de s’inventer des joies autrement qu’en détruisant et accroissant la facture laissée en héritage à nos descendants. Tableau de Jean Shelsher "La Bringue"
Un survol rapide de l’histoire des sociétés permet de penser que nombre d’entre elles avaient instauré des festivités collectives annuelles, voire pluriannuelles. En ces occasions, en particulier dans les sociétés shamaniques attentives aux rythmes saisonniers d’abondance et pénurie des produits de la terre et/ou de la mer, les pouvoirs politico-religieux pouvaient offrir des moments codifiés de remise en cause du pouvoir. Ces remises en cause ritualisées permettaient aux marginaux et aux défavorisés d’inverser les rôles de manière symbolique durant quelques heures, sinon quelques jours. Ils pouvaient se défouler sur des substituts du pouvoir et même procéder à des simulacres d’exécutions capitales des autorités. Des effigies monumentales pouvaient (peuvent encore) être brûlées, emportant dans les flammes une partie des ressentiments, frustrations et transformant l’acte de colère en feu de joie. Une fois le rituel accompli, les contraintes sociales étaient de nouveau endossées et le cours normal des choses reprenait, enrichi ou non d’ajustements.
À Tahiti, aux temps anciens, il semble que ces "respirations sociales" aient été parfois orchestrées par les ’Arioi, à qui étaient dévolus les rituels de fécondité et qui organisaient des représentations théâtrales où l’on riait et se moquait impunément des ari’i nui (grands chefs) et tahu’a rahi (grands prêtres). Le mana et le sacré, dont ces derniers étaient investis, pouvaient être momentanément défiés sans risque majeur durant ces parenthèses.
Ces sociétés s’organisaient comme si le groupe humain était une entité traversée du meilleur et du pire de ce qui pouvait traverser un individu membre du groupe. Sous cet angle de vue, l’un (le groupe) et l’autre (l’individu) sont censés ne pouvoir être contraints durablement que si leurs tendances destructrices sont prises en compte et libérées de temps à autre, en les canalisant pour que les phases explosives ne les (auto-)anéantissent pas.
Observant les mouvements des Gilets jaunes et leur obsession des Champs-Élysées, m’est revenue en mémoire la série de cyclones tropicaux qui ont balayé nos îles en 1982-1983 et qui, parfois, après s’être éloignés quelques heures d’un archipel, y retournaient comme pour y parachever le saccage. Au point qu’un jeune homme perplexe s’étonna : "Pourquoi le cyclone retourne là-bas ? Il n’y a plus rien à casser !" J’ignore si d’avoir été prénommés Lisa, Nano, Orama, Reva, Veena, Xenia, etc., a favorisé l’idée qu’il s’agirait d’êtres ou de divinités singulières animées d’intentions malveillantes ou simplement s’ébrouant. Des gens d’ici en étaient persuadés et expliquaient ainsi ce qu’ils vivaient. Il est vrai qu’enfant, nous étions profondément convaincus de l’existence d’une interaction entre les éléments et nous. Aussi, pour avoir des vagues, nous frappions la mer du plat de nos mains pour qu’elle se mette en colère, mais… pas trop, juste ce qu’il faut pour animer nos baignades. Nous nous sentions détenteurs d’un mana d’autant plus puissant que, souvent, nos frappes généraient vraiment des vagues… Hum !
M’intéressant au phénomène El Niño, j’ai appris qu’une de ses manifestations d’ampleur particulièrement importante s’était produite dans le Pacifique, entraînant aux antipodes d’intenses sécheresses et donc la famine en France alors paysanne, famine générant à son tour les fameux et mémorables ouragans socio-politico-religieux
de 1789.
Les actuels événements se déroulant en métropole ne semblent pas être liés à un phénomène El Niño remarquable. Et il n’y est pas question de faim non plus. Car, grâce à la mondialisation, les produits de première nécessité demeurent disponibles même quand la terre est asséchée. Et l’exceptionnel dispositif d’aide sociale française permet d’accéder aux denrées importées. Par contre, il est beaucoup question de frustrations, de soif de gestes d’estime et de marques de considération et reconnaissance. Il est vrai qu’il semble impossible de ne pas être frustré quand une pléthore d’émissions télé étale une profusion de recettes culinaires et d’appétissants plats cuisinés divers et variés. En outre, il semble que cette révolte amenant les solitaires et isolés à se regrouper aux ronds-points, l’angoisse de tristes et mornes réveillons s’éloigne. Il s’y invente tant de nouvelles relations, tant de nouvelles amitiés se substituant aux liens familiaux distendus ou inexistants ! Et en plus, les journalistes qui, habituellement tendent le micro et braquent les caméras sur les princes de ce Monde, les tendent et les braquent sur ceux qui se sentaient invisibles. Tout à coup, ils existent pour plus que leur cercle restreint, voire plus que pour leur reflet dans le miroir ou des vitrines de magasins. En ces lieux balayés par les vents d’hiver, émane tout à coup une telle chaleur affective que la froidure y perd de sa sévérité. Ils se sont inventé un nouveau temps festif si inattendu et si réconfortant qu’y mettre fin est impensable. Cela ressemblerait à une quasi-condamnation à mort. D’autant qu’en ces lieux prévus pour fluidifier la circulation routière, il leur arrive de penser qu’en bloquant le trafic, ils arriveront à arrêter le temps et modifier le cours de l’Histoire. Au nom de leur soif de liberté, ils entravent celle de milliers voire de millions d’autres. Et ils en sont fiers. Comme lorsque enfants, nous pensions que l’océan nous obéissait. Aussi, après avoir rongé leur frein dans la solitude, ils ont partagé leurs misères. Cela leur fut un tel bienfait que d’aucuns se sont mis à rêver d’une société totalement égalitaire, totalement juste et ce, totalement sans délai. Vertigineuse attraction du totalitarisme. Aboutissement inéluctable des révoltes spontanées d’antan et d’aujourd’hui, sous l’ahurissant applaudissement de députés incitant à la haine du bouc émissaire momentanément désigné et fautif, surtout, de leur avoir été préféré par les suffrages d’hier.
Bien malin qui pourra dire de quoi demain sera fait. Souhaitons simplement que chacun décide de s’inventer des joies autrement qu’en détruisant et accroissant la facture laissée en héritage à nos descendants. Puissions-nous générer de merveilleux temps festifs ne laissant aucune amertume en bouche.

Vendredi 28 Décembre 2018 - écrit par Simone Grand


Continuez la lecture
< >

Vendredi 3 Mai 2019 - 09:03 Être une nation, posséder un patrimoine…


Simone Grand

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




De reports en reports

De reports en reports
À l’instar des Anglais et de leur Brexit, qui ne cesse de diviser tout autant qu’il ne cesse de jouer la montre, nos gouvernants se voient contraints de reporter une nouvelle fois l’échéance de la signature de contrat du "Village tahitien". Pour rappel, les six lots sur lesquels s’était positionné le groupe Kaitiaki Tagaloa portent sur la conception de quatre hôtels et de deux résidences en condominium. Il s’agit de six lots, sur les 16 que comporte ce projet complexe. Ce vaste chantier, qui doit révolutionner le tourisme sur l’île de Tahiti en quelques années — durant lesquelles l’économie et surtout l’emploi devraient connaître un sérieux coup d’accélérateur — soulève toutes les interrogations et commence à ressembler à une Arlésienne.
En août 2018, le vice-président Teva Rohfritsch ne cachait pas son enthousiasme, déclarant que la signature du contrat portant sur les six premiers lots du projet avec le groupement d’investisseurs néo-zélandais et samoans, Kaitiaki Tagaloa, pourrait même intervenir avant la fin de l’année 2018, bien avant les 200 jours prévus. Il n’en fut rien. À la date butoir du 22 mars 2019, pas de signature, au prétexte que "l’investisseur néo-zélandais a souhaité associer deux nouvelles tribus maori au projet. Nous avons donc souhaité prendre toutes les garanties financières nécessaires plutôt que de signer." Premiers signes d’inquiétude, alors que la rumeur d’un report pour manque de garanties financières circulait déjà depuis quelques semaines. Il fut donc accordé un délai de 45 jours, au terme desquels, en fonction des garanties qui seraient présentées, ces contrats seraient signés par lots. Ceux qui n’auront pas fait l’objet de garantie seraient remis en compétition. Des contacts avec des investisseurs, y compris locaux, étaient avancés. Coup de pression, ou de bluff, sur le groupement Kaitiaki Tagaloa ?
La seconde option a primé, puisqu’au terme de ces 45 jours, l’établissement Tahiti Nui aménagement et développement (TNAD) annonçait par communiqué sa décision de reporter de 55 jours le délai laissé au groupement, pour se conformer "aux obligations du protocole d’engagement", signé en août 2018. À ce jour, TNAD n’aurait donc pas toutes les garanties financières pour s’assurer que ces investisseurs soient capables d’aller au bout du projet ! En bientôt un an de négociations, nous ne savons toujours pas si ils ont les reins assez solides !
Après deux reports, on n’imagine pas le gouvernement en avancer un troisième pour quelques raisons que ce soit. Restera alors à présenter la carte des investisseurs étrangers et locaux, que le ministère garde secret. Rendez-vous le 30 juin.
Le dossier, qui reviendra forcément sur la scène politique à la première occasion, est plutôt mal engagé. Il n’est pas sans rappeler celui de Hao, pour lequel l’arrivée des conteneurs était annoncée en avril. De nouveaux changements sont prévus, qui reportent le début du chantier au début de l’année prochaine. Encore un rendez-vous manqué.

Bonne lecture et merci pour votre fidélité.


Luc Ollivier

Luc Ollivier